Repartir de l’avant en fanfare

Stephan Eicher & Traktorkestar. « Hüh ! » (Polydor)

Stephan Eicher dans un bain de confettis, en hommage à Bashung au milieu de lentilles d’eau sur l'album « Fantaisie militaire ». Photo Laurent Seroussi

Stephan Eicher dans un bain de confettis, en hommage à Bashung au milieu de lentilles d’eau sur l'album « Fantaisie militaire ». Photo Laurent Seroussi

Il y avait une raison pour laquelle on n'entendait plus trop Stephan Eicher : il était en délicatesse avec sa maison de disque. Elle attendait de lui un nouvel album ; lui attendait d’elle un financement à la hauteur de ses précédents enregistrements et pas amputé des deux tiers. « J'ai voulu réagir avec poésie, raconte le Suisse qui sait aussi compter. Je m'étais engagé à écrire douze nouvelles chansons, mais rien n'était stipulé concernant leur durée. J'ai donc aussi réduit mon investissement en faisant un disque de 10 minutes au lieu de 30 ! ». Et d’ajouter : « Ça ne les a pas fait rire ». Le disque (« Homeless Songs ») n'est jamais sorti. Dommage pour les amateurs de curiosités musicales.

Remis sur pied après des pépins de santé, l’artiste a trouvé refuge chez Polydor et s’est fait de nouveaux amis musiciens : toute une fanfare folklorique des Balkans, Traktorkestar. Celui qui avait démarré sa carrière en 1986 avec le magnifique album « Les Chansons bleues », essentiellement composées et jouées en solitaire avec des synthétiseurs et des boîtes à rythmes, ne boude pas son plaisir, entouré de cuivres, de tambours et de choristes. La musique qu’écoutait son père, un violoniste d’origine tzigane.

Pour repartir de l’avant avec « Hüh ! », Stephan Eicher a choisi de revisiter ses œuvres les plus belles (« La Chanson bleue » (notre préférée), « Combien de temps », « Pas d’ami (comme toi) »…) auxquelles s’ajoutent quatre inédits dont « Étrange » signé Philippe Djian, l’écrivain qui ne sait écrire des textes à chanter que pour son ami Stephan, où se mêlent émotion et trivialité. Qui d’autre que lui pour écrire un vers pareil : « Même un ange n’y comprendrait foutre rien » ?